« Grâce au soutien de la Fondation OKALA, le nombre d’élèves inscrits a augmenté cette année scolaire dans notre établissement ». @ La Fondation, 17 juin 2024.

Ces propos sont ceux du directeur de l’école primaire de Kalngaha dans le département de La Lékié au Cameroun. C’était le vendredi 14 juin 2024, à l’occasion de la cérémonie de remise des bourses d’études aux lauréats de la Fondation OKALA. Au total et comme l’année dernière, ce sont 40 enfants, dont 10 pour l’école maternelle et 30 pour l’école primaire, que la Fondation soutient chaque année dans cet établissement scolaire public. Parmi eux, 17 filles et 23 garçons.

Une source de motivation pour les élèves.

Comme l’année dernière, ce sont les “majors” ou les 5 premiers élèves de chaque classe, que la Fondation récompense, à travers un “package” qui leur permet de n’avoir rien à acheter pour la prochaine année scolaire. La bourse reçue est composée de toutes les fournitures scolaires pour permettre aux enfants de passer une année scolaire à l’abri de tout souci :

  • des cahiers
  • des livres
  • le paiement des frais de scolarité
  • sacs de classe
  • stylos
  • ardoises
  • gourdes
  • Crayons
  • règles
  • boîtes académiques
  • panoplies
  • compas
  • gommes
  • Tenues de classe
  • tenues de sport
  • paire de tennis

Ces “bourses” sont aussi une source de motivation pour ces enfants, de travailler plus et dur, pour espérer en bénéficier. C’est pourquoi sur les 40 lauréats de la cuvée 2022 – 2023, 19 élèves ont vu leurs bourses reconduites en 2023-2024, dont 10 filles et 9 garçons.

Une charge en moins pour des parents déshérités.

Elles constituent également un ouf de soulagement pour leurs parents souvent démunis, mais soucieux de voir leurs bambins aller à l’école, sans se faire expulser pour manque de fournitures scolaires ou de frais de scolarité.

C’est ce qui explique l’augmentation du nombre d’élèves inscrits à l’établissement primaire de Kalngaha, où selon son directeur, « l’année dernière, nous avions 163 élèves et nous sommes passés à 210 cette année. On a eu plus de 40 élèves en plus, grâce à la Fondation Okala ».

Jean-Charles Alfred Kelle en a profité pour remercier la Fondation OKALA pour cet appui et « ses bonnes œuvres en faveur du complexe scolaire de Kalngaha », tout en sollicitant plus d’appui, aussi bien pour le personnel enseignant que pour l’établissement lui-même. Car, s’est-il demandé : « peut-on avoir de bons élèves sans bons enseignants ? », Avant de conclure, en citant une sagesse populaire qui dit que : « qui reçoit en redemande encore ».